Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 18:40

 

   Challenge avait décidé de retirer les bourses de ses courses, faute de moyens financiers, durant le printemps. Le plateau d'athlètes s'avérait donc beaucoup moins relevé, même si les pros avaient droit à l'entrée gratuite. Challenge Maine figurait à mon calendrier, et vu le parcours assez rapide, je voulais tout de même y aller pour aller chercher un 4h05 et améliorer ma marque établie à Mont Tremblant. Le parcours en bord de mer, en plus d'être rapide, était aussi somptueux. La veille de la course, j'ai eu beaucoup de mal à m'endormir, repensant à mon désagréable DNF à Timberman, et, bien qu'improbable, redoutait terriblement un problème mécanique.

   Après avoir vu les rouleaux de l'océan Atlantique s'échouer sur la plage, je me demandais si la difficulté à les traverser allait autant nous ralentir que l'eau salée (améliorant la flottaison) allait nous faire accélérer. En d'autres termes, je me demandais si j'allais nager plus ou moins vite que mon temps classique de 26'55'' sur un 1900m avec wetsuit.La marée basse a vite réglé le problème, puisque nous avions 150m à courir (au lieu de nager) jusqu'à la mer, et autant à faire en sortant de l'eau. Du coup, 3 à 4 minutes étaient sauvées. Je suis donc sorti de l'eau en 23'03'', 4ème, et je ne saurais jamais si ma nage a été bonne, en tout cas, j'avais de bonnes sensations.

   Une longue et belle transition de 3 minutes à travers les rues d'Old Orchard beach nous attendait. Une fois sur le vélo, j'ai pu rattraper assez vite le 3ème et me suis retrouvé très seul pendant 40km, où j'ai pu constater que le parcours plat qu'on m'avait vendu était en fait plutôt "rolling". La première moitié consistait majoritairement de faux plats montants, et je stressais un peu de voir la moyenne à peine à 38km/h, mais je me disais que tout ce qui est monté doit être descendu, alors je patientais.

   Au kilomètre 40, bis repetita. Je crêve à l'avant. Je prends 10 secondes pour laisser sortir ma colère, puis me resaisi pour changer ma chambre à air. Cela me prendra exactement 7 minutes, 7 longues minutes pendant lesquelles j'ai pu voir défiler une douzaine d'athlètes. Mais cette fois, ayant pu réparer ma roue, le moral va mieux qu'à Timberman, et dans ma tête s'en est fini du classement général, mais je peux toujours aller chercher mon chrono de 4h05, ou plutôt 4h12 considérant le temps perdu. En repartant, je constate que ma mini-pompe fixée à mon cadre n'a pu gonfler qu'une pression limitée dans mon pneu avant. Je suis condamné à jouer l'équilibriste et freiner dans tous les virages jusqu'à la fin, mais comme prévu, le retour est en faux plat descendant, et très rapide : Après avoir passé les premiers 45km en 1h11 (hors temps de réparation), j'avale la deuxième moitié en 1h04. Je remonte aussi quelques places, mais la fin du parcours se mélangeant à l'épreuve de distance olympique, je suis dans le flou. Mon temps de 2h15 passé sur le vélo me déçoit un peu compte tenu de la rapidité du circuit, mais les 50km avec un pneu sous gonflé font que je m'en contenterais. Officiellement, mon temps est de 2h22, et je suis sur de bonnes bases pour faire le nouvel objectif de 4h12. Mon ambition est de m'essayer pour 1h20 sur la partie course à pied.

   Les sensations sont vraiment mauvaises sur les premiers kilomètres et j'ai l'impression de ne pas avancer. les jambes font mal pour tenir le pace, et les marqueurs sont en mile, ce qui fait que je n'ai aucune idée de ma vitesse, si ce n'est que je suis à 5'30''/mile sur les deux premiers miles (3,2km). Avec le recul, il s'avère que 5'30''/mile correspond à 3'26''/km et je comprends mieux pourquoi les jambes souffraient ! D'habitude, je suis un expert pour trouver mon pace, mais aujourd'hui, je suis à côté de la plaque. Je me rendrais compte de mon départ trop rapide au demi-tour de la course à pied du triathlon olympique, qui correspond à 5km, que je passe en 18 minutes, soit 3'36''/km. Je freine alors immédiatement et me retrove sur un rythme plus approprié. Vu qu'à présent il n'y a que des participants du 70.3, j'en profite pour demander mon classement aux bénévoles qui me répondent "third" ! J'en suis le premier surpris, surtout que le 2ème est en ligne de mire. A ce moment là, au passage, nous traversons des marais magnifiques qui en font oublier la souffrance naissante dans les muscles. Je passe en 40 minutes la mi-course, pile sur du 1h20, très proche du second, mais très loin (10 minutes) du premier. Une fois la 2ème place acquise, je me concentre à garder le pace, mais je paie mon départ rapide, puisque les miles que je franchissait en 5'30'', sont courrus à présent dans l'autre sens en 7'00''. Je finis mes 21km en 1h22', 6' derrière le gagnant, ce qui est tout à fait correct, car cela me permet de finir 4h12 comme prévu ! Ainsi, sans crevaison, j'aurais rempli mon objectif de 4h05. la frustation de la crevaison en est presque oubliée, si ce n'est qu'une belle bagarre avec le premier a malheureusement été évitée !

   J'ai été particulièrement enchanté par cette course, et j'ai hâte de revenir l'an prochain avec, qui sait, une marée haute, un pneu gonflé et peut être même un plateau élite digne de Challenge !

Crédits photos : GP Pictures.

CHALLENGE MAINE - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h12'49''

Nage : 23'03'' (1'12''/100m, 4ème temps)

Transition 1 : 3'12''

Vélo : 2h22'54'' (37,789km/h, 29ème temps)

Transition 2 : 1'15''

Course : 1h22'23'' (15,367km/h, 3'54''/km, 2ème temps)

2ème sur 443 finishers

1er pro.

Les photos ici.

 

De retour de Challenge Maine, où l'objectif était de terminer en 4h05 et, accessoirement, en l'absence de prize money et...

Posted by Sacha Cavelier Triathlete on Sunday, August 30, 2015

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons 70.3
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram