Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 22:38

   Dimanche dernier a eu lieu le triathlon de Valleyfield. J'avais fait une croix dans mon calendrier car j'avais une inscription gratuite grâce à ma deuxième place de l'année dernière, et car cette année des bourses étaient offertes pour les 4 premières places. Si la peur donne des ailes, l'appât du gain, lui, fait pousser un troisième poumon. Jamais je n'ai poussé la machine aussi fort, car la bataille a été assez rude, avec beaucoup de jeunes élites qui s'étaient donnés rendez-vous.

   La semaine avait mal commencé avec les difficultés que j'ai connues pour trouver un magasin de vélo capable de me commander la pièce brisée de mon Kestrel. Elle s'est plutôt bien finie puisque mon ami Charles m'a prêté son vélo, un Squad très rigide donc très nerveux dans les relances, surtout que le parcours de Valleyfield en comportait beaucoup. Bien qu'un peu petit, en montant la selle, ce vélo m'a permis de sauver les meubles sur cette course. En montant mes roues Falcon Rampage dessus, j'avais une nouvelle bête de course équipée di2 (les vitesses électroniques).

   A Valleyfield, le parcours de nage a cette particularité de se faire à 75% avec le soleil dans la face. Le nombre limité de bouée rend l'orientation compliquée. Encore une fois, en nageant sans wetsuit, mes faiblesses ont été mises à nue, et je suis sorti 12ème de l'eau sur un parcours plus proche de 1000 que de 750m. Après un coup de stress en transition, où j'ai cru qu'on avait volé mon casque (il était juste tombé dans un sac sur le sol !), je suis parti en mode single speed, car les vitesses ne voulaient plus passer ! J'ai finalement réalisé qu'un fil s'était débranché, et que si les vitesses ne passaient plus depuis le prolongateur, tout fonctionnait depuis les manettes de frein. Je me suis alors appliqué à sortir le plus possible de watts, carburant aux gels Pro Circuit, et les sensations ont été excellentes. J'ai dû laisser quelques watts dans le le mauvais fitting de ma position car je ne suis remonté que 6ème en début de transition, et 7ème à la sortie de la transition.

   Un peu déçu de mes aventures, j'ai décidé que c'était le moment de tout donner pour rentrer dans les bourses. La situation était la suivante: Nous étions 7 à se suivre quasiment à la queuleuleu, tous des élites. Bref, une véritable guerre. J'ai poussé de toute mes forces sur le premier tour de 2,5km pour remonter 5ème, et dans le second tour, alors que ça commençait à vraiment piquer, je me retrouve juste derrière le 3ème et 4ème à 1km de l'arrivée. Je me dis que les deux jeunes ont un meilleur kick final que moi, alors j'en remets une couche pour passer 3ème et prendre 30 mètres d'avance. Je me retourne beaucoup dans les derniers hectomètres, et mon avance tient le coup. Mais à 50 mètre de la ligne, voilà que derrière ça se met à sprinter. Je suis dans un état lamentable, mais je n'ai pas le choix que de sprinter aussi en sacrant. Devant la ligne, je me fais doubler sans pouvoir rien faire, et puis là, c'est le shut down. Mon corps ne peux pas faire un mètre de plus, je m'arrête, je me penche pour vomir mais le petit déjeuner est déjà digéré et rien ne sort. Je réalise qu'il faut que je termine la course pour assurer ma 4ème place, alors je passe l'arche d'arrivée à la marche pour ensuite me mettre à quatre pattes pour une deuxième tentative tout aussi infructueuse. Je n'ai même pas couru un marathon en 2h23 pour justifier mon envie de vomir, mais de toute façon, c'est sans regret, car les caméras de télévision ne sont même pas là pour immortaliser ma galette.

   En tout cas, je suis bien fier d'avoir tiré mon épingle du jeu dans cette bataille, et d'avoir piqué la dernière bourse, mais surtout d'avoir repoussé mes limites comme jamais ! A l'heure où j'écris ces lignes, le Kestrel vient de se refaire une beauté, et a l'air d'accord pour rouler un 90km à bloc à Challenge Maine dimanche.

TRIATHLON DE VALLEYFIELD - 0,75KM+20KM+5KM

1h04'21''

Nage : 12'55'' (1'43''/100m, 12ème temps)

Transition 1 + vélo + transition 2 : 34'03'' (4ème temps)

Course : 17'25'' (17,225km/h, 3'29''/km, 3ème temps)

4ème sur 387 partants

2ème homme 25/29 ans.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons Sprint
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram