Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 11:25

   Le mois de juillet a été un mois de sacrifices. Sacrifice de temps et financiers car pour effectuer des sorties de vélo de qualité, je n'avais pas le choix que de sortir de Montréal, et de louer une voiture la plupart du temps. Les courses que j'ai fait durant la période 24 juin - 7 août ont été faites en entrainement, afin de rajouter une séance de qualité par-dessus encore, lors de semaines de gros kilométrage. Cette période a été la meilleure en terme d'entrainement que j'ai pu avoir depuis que je suis à Montréal. C'est ce dont j'avais besoin, je pense, vu mes résultats de début de saison.

   Le grand prix de Verdun était la première course à laquelle je me rendais avec un mini repos, et je l'ai immédiatement senti pendant la course, puisque j'ai pu me rendre dans des zones dans lesquelles je ne m'était pas rendu depuis un moment.

   Ce triathlon sprint a été changé en duathlon à cause des orages de la veille qui ont pollué le fleuve (enfin, un orage ne pollue pas, plutôt les stations d'épuration qui ont débordé comme à chaque gros orage). Cela a joué plutôt en ma faveur, étant meilleur coureur que nageur. C'était le championnat provincial élite, mais aussi le support de la série nationale junior. A cela s'ajoutaient des concurrents de la coupe du monde de Montréal de la semaine passée, ce qui faisait que c'était la course élite la plus dense à laquelle j'ai participé.

J'ai effectué les 5 premiers kilomètres à environ 3'20''/km (le parcours était un peu court). J'ai gardé ce rythme constant, ce qui fait que je me suis retrouvé dernier sur le premier kilomètre pour ensuite remonter en milieu de peloton. Sur le vélo, je rattrape deux groupes sur le premier tour de quatre, mais à chaque fois que je prends le relais, je m'échappe involontairement. Je fais le deuxième tour en solitaire, mais ne parviens pas à joindre le groupe de devant que j'ai en ligne de mire. Je me fais finalement rattraper par un gros peloton emmené par mon ami Simon, un gros cycliste, et m'y abrite. En queue de peloton, il me faut relancer à 47-48km/h à chaque demi-tour et c'est loin d'être confortable. Je me place alors plus à l'avant, récupère, et dans le dernier tour, je viens seconder Simon avec un relais d'un kilomètre à 45-46km/h face au vent. Mon unique contribution au groupe nous permet de faire la jonction avec le peloton de devant juste avant la transition. Je trouve ma stratégie impeccable puisque sur les 2,5km de course à pied, je double une dizaine de participants pour me classer 27ème.

   Même si je n'ai pas cottoyé les vrais ITUiens devant, la densité sur cette course m'a donné beaucoup d'expérience. Il faut être un grand stratège pour lire ce qui se passe sur le vélo et choisir la milleure stratégie. C'est excitant, mais je dois encore m'améliorer là-dedans. Et les courses avec drafting sont de loin plus éprouvantes que les sans drafting, puisqu'il n'y a aucune gestion d'effort sur le vélo, mais sans arrêt des pics de wattage.

GRAND PRIX DE VERDUN - 5KM+20KM+2,5KM

56'52''

Course : 15'48'' (3'09''/km, 45ème temps)

T1 + Vélo + T2 : 32'29'' (31ème temps)

Course : 8'38'' (3'27''/km, 16,559km/h, 23ème temps)

27ème élite sur 131 partants.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de duathlons Sprint
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram