Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 20:14

   Après la comédie à succès "Quatre mariages et un enterrement", voici "Quatre triathlons et un déménagement". C'était moins drôle de le vivre par contre. En fait, je me suis inscrit au grand prix du samedi et au sprint du lendemain dans l'idée de rester dormir sur place comme je l'avais déjà fait. Mais je n'avais pas regardé les dates, et c'est plus tard que j'ai réalisé que j'avais mon déménagement entre les deux évènements. Je me suis donc rajouté un aller-retour de 340km à Montréal entre le grand prix du samedi et le sprint du dimanche. Pour lire le compte rendu du sprint, c'est ici.

   Pourquoi 4 triathlons ? Parce que les courses avaient lieu à un format aussi spectaculaire qu'intense : Demi-finale et finale, sur de courtes distances, parfois très courtes. Mettons un peu d'ordre :

Grand prix élite avec sillonage (samedi) : La demi-finale était un super sprint (0,36km/10km/2,5km) avec plusieurs vagues de départ, puis suivant les temps et résultats, nous étions envoyés dans 4 finales (A, B, C ou D). Les finales se jouaient sur un format encore plus court (0,18km/5km/1,5km).

Sprint coupe du Québec sans sillonage (dimanche) : On reprenait l'idée sur la course amateur du lendemain. La demi-finale était un sprint en contre-la-montre (0,75km/20km/5km) et les 7 premiers finissaient en finale A1, les 7 suivants en A2, puis B1, B2, etc... Seuls ceux de la finale A1 allaient s'octroyer les 7 premières places du classement final et les 5 bourses. Les finales se jouaient aussi sur un super super sprint (0,18km/5km/1,25km).

  Concernant le samedi, je n'ai malheureusement pas de fichier Strava pour témoigner de l'intensité de l'effort, car il a fallu réfléchir à tous les gains de temps possibles, et allumer un GPS en transition était déjà une perte de temps. Il va sans dire que ma seule stratégie a été de tout donner en demi-finale. Je n'ai pas réussi à "faire le pack" (être dans le peloton), mais j'ai ramassé 5 ou 6 cyclistes sur la route et on a fait notre propre pack. Une bonne course à pied m'a permis d'accéder à la finale B, ce qui était plus que satisfaisant vu le niveau de la course (ce grand prix était le support de la série nationale junior, donc il y avait du jeune qui courrait vite).

   En finale, j'ai réussi à rester dans le pack pendant la nage, car 180m ça n'a pas suffit à me larguer ! Mais j'ai fait le choix de faire le vélo avec des chaussures de course à pied car cette stratégie s'est déjà avérée payante sur les courses sans sillonage (gros gain de temps en T2). Sauf que cette fois, le temps que je mette mes chaussures, et le peloton était déjà loin. Lors des courses avec sillonage, il faut donc oublier cette stratégie pour garder le contact. Après 5km en solo, ma course à pied m'a permis de ne pas finir lanterne rouge de la finale B !

  Voilà pour les courses du samedi.

 

GRAND PRIX DE VICTORIAVILLE

DEMI-FINALE - 0,36KM+10KM+2,5KM

32’07’’

Nage : 5’47’’ (1’36’’/100m, 76ème temps)

T1+vélo+T2 : 17’33’’ (31ème temps)

Course : 8’49’’ (3’31’’/km, 17,013km/h, 23ème temps)

30ème sur 124 finishers

8ème élite sénior.

 

FINALE B - 0,18KM+5KM+1,5KM

18’51’’

Nage : 2’59’’ (1’39’’/100m)

T1+vélo+T2 : 10’36’’

Course : 5’16’’ (3’30’’/km, 17,089km/h, 15ème temps)

17ème sur 39 finishers

4ème élite sénior.

 

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Super-sprint Récits de triathlons
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram