Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2019 4 16 /05 /mai /2019 10:34

   L'ironman de Port Macquarie a été le terminus d'un voyage de presque 5 mois en Australie. Je me suis placé dans des conditions idéales pour l'entrainement et j'en ai profité pour faire quelques changements qui sont plus difficiles à faire en temps normal: En natation, j'ai enchainé les séances de 4000 à 5000m. En vélo, j'ai multiplié les sorties longues à tel point qu'un 180km était devenu facile. J'ai même poussé le bouchon avec une sortie épique de 200km et 3600m+ qui m'a pris 8h30. En course à pied, l'entrainement solitaire a été plus difficile, et l'accès à une piste d'athlétisme et des entrainements de groupe m'ont manqué. J'ai tout de même développé mon endurance avec des sorties longues de 35 à 42km.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sacha Cavelier (@sachacaveliertri) le

   Port Macquarie possède une météo idéale en mai, mais des routes vraiment fracassées. J'ai crevé pendant une sortie de 40km sur le parcours le jeudi et j'ai immédiatement acheté un pneu Vittoria renforcé en graphène pour minimiser les risques. C'est une petite déception, car sur les 7000km roulés en Australie, les routes ont toujours été correctes, sauf à Port Macquarie, et ça prendrait un coup d'asphalte pour rendre l'évènement vraiment agréable.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sacha Cavelier (@sachacaveliertri) le

   La nage a été une très bonne surprise, car je fais un très gros record personnel de trois minutes alors que je me suis retrouvé isolé dès le début. En effet, le peloton de pro était assez réduit (11) et s'est divisé en deux groupes de 46 et 50 minutes qui étaient trop rapides pour moi. Le parcours de nage était assez chaotique car on confondait les bouées de l'aller avec celles du retour (même les premières filles que j'ai suivi un brin, sont parties sur les mauvaises bouées), et les nombreux bateaux rendaient l'air à la surface de l'eau peu respirable. Nager aussi vite dans ces conditions est donc très satisfaisant dans mon cas (la montre n'a pas compté le premier 100m dans le parcours Strava).

   Mon objectif sur le vélo était d'être proche des 5h compte tenu des 1700m de dénivelé et de la route abimée, mais j'ai du re-réviser cet objectif en cours de route à cause du fort vent de face sur l'aller de la boucle (31km/h à 270W sur le premier 45km). J'ai visé 5h15, un objectif que j'aurais rempli à la minute près si je n'avais pas crevé... sur le pneu neuf, à 15km de la fin. J'ai gardé le plan nutrition qui fonctionne à merveille depuis le test en Arizona (même si ça implique d'avoir un vélo déguisé en rayon de supermarché): une capsule de sel aux 30 minutes, une barre salée à l'heure et un rouleau un peu plus consistant à 45, 90, 135km. J'ai démarré avec des boissons Pro Circuit puis j'ai continué à l'eau que j'attrapais sur les ravitaillements pour ne pas saturer de sucre.

   Lorsque le chrono est déjà mauvais à cause du vent, et encore plus à cause d'une crevaison, c'est très dur de se relancer dans la course pour faire un marathon. Le fait d'être dans un endroit aussi exotique mais surtout d'avoir des jambes très fraiches comme je le désirais, m'ont poussé sur le circuit de 4 boucles de 10,5km en milieu urbain. Les spectateurs était très présent et la température idéale, autours de 20°C. Je suis passé au sucre en attrapant des gels aux ravitaillements. J'ai été sur les mêmes allures qu'en Arizona (premier 21k en 1h38) mais l'énergie et les intestins ont lâché pour la dernière boucle. J'ai été tout de même content de voir que mon endurance m'a permis de continuer à un rythme lent plutôt que marcher comme c'est le cas lors de mes défaillances, ce qui permet de sauver les meubles. J'ai donc terminé les 4 boucles en 3h48, mais surtout en 3h37 sans les pauses toilettes, ce qui est mon deuxième meilleur marathon.

   Au final, je suis loin du résultat espéré, et j'ai plus eu l'impression de me battre contre les éléments que de faire une course avec toutes les étoiles alignées comme en Arizona. Je pense qu'une fois avoir récupéré de ces 5 mois intenses et de cet Ironman, je serais dans une forme idéale pour la saison estivale au Canada. Aussi, j'ai décidé de faire l'ironman Lake Placid en juillet, puisque le dénivelé sur cette course sera à mon avantage.

IRONMAN AUSTRALIA - 3,8KM+180KM+42,2KM

10h12'13''

Nage : 55'29'' (1'27''/100m)

Transition 1 : 2'55''

Vélo : 5h24'00'' (33,333km/h)

Transition 2 : 1'49''

Course : 3h48'00" (11,105km/h, 5'24''/km)

96ème sur 1401 finishers

10ème pro.

Partager cet article

commentaires

C
Merci pour ce récit. Ça motive. Je vais le faire en 2020 et ce sera mon 1er IM.
Répondre

  • : Sacha Cavelier Triathlète
  • : Après une formation d'ingénieur en France, je combine le triathlon élite LD à un doctorat de 2015 à 2020 au Canada et Australie. Installé en Ohio, papa, je poursuis la route sur les ultra trails et triathlons en espérant être encore compétitif.
  • Contact

SPONSORS

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram