Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 21:53

Avec ma préparation pour trois ironman en 2019, j'ai commencé à allonger mes sorties dès le mois de février, puis j'ai maintenu des sorties de 180-200km jusqu'au milieu de l'été. Compte tenu de la facilité que j'avais pour rouler 6h, j'ai eu envie de tester mes limites sur une sortie vraiment très longue.

J'ai donc choisi le beau chiffre de 300km. J'avais déjà réalisé une telle ride en France en 2010, j'avais donc assez confiance de ce que ça allait demander pour la boucler.

J'ai choisi une date dans le calendrier qui rentrait bien entre les triathlons, en fait, en se situant une semaine avant l'ironman de Lake Placid, elle allait être ma dernier sortie longue de vélo. Grâce à l'outil magique de Strava, j'ai pu dessiner un parcours d'exactement 300 km, une boucle immense à travers la rive sud et l'Estrie, car bien entendu l'idée n'est pas d'accumuler des boucles, mais bien de voyager. Et ce voyage se devait de passer par la plupart des monts de cette région : Mont St Bruno, Mont St Hillaire, Rougemont, Mont Yamaska, Mont Shefford, Bromont et le Mont Sutton (pas réussi à faire rentrer Owl's Head et le Mont St Grégoire).

Le 21 juillet, je suis parti à 7h du matin de l'île de Montréal, par des chemins bien connus. J'ai commencé par une crevaison au kilomètre 50, à Mont St Hillaire, heureusement la première et la dernière. C'est à partir de là que j'ai découvert de nouvelles routes dans le parc de Yamaska puis du Mont Shefford. J'ai fait ma pause du midi à Waterloo (125 km, 5h).

Par la suite, j'ai eu la mauvaise surprise de faire une dizaine de kilomètres de route non goudronnée à Bromont, il y aura donc quelques changement à la deuxième édition. Finalement, à 180 km, à Sutton, l'énergie est encore bonne pour le retour.

La route scénique de Sutton, à quelques kilomètres de la frontière des USA.

Cependant, j'avais misé sur un vent d'est, qui est la direction du vent en général l'été, afin d'avoir un retour vent de dos et de finir la boucle en moins de 10h. Mais le vent a décidé de souffler en direction opposée cette journée, ce qui a rendu le retour extrêmement pénible : 120 km de vent de face. A St Jean sur Richelieu (260 km, 9h15), je suis complètement vidé et je prends une longue pause pour m'hydrater et récupérer. Je boucle finalement les 40 km restants, toujours vent de face, en testant mes limites autant physiques que mentales.

Au final, j'ai appris que ma limite se situait vers 250 km, ce qui ne m'empêche pas de songer à la deuxième édition en 2020.

Détails :

306,7 km

10h46' (12h38' avec les pauses)

28,49 km/h de moyenne

197 W np

6397 cal.

Partager cet article

commentaires

  • : Sacha Cavelier Triathlète
  • : Après une formation d'ingénieur en France, je combine le triathlon élite LD à un doctorat de 2015 à 2020 au Canada et Australie. Installé en Ohio, papa, je poursuis la route sur les ultra trails et triathlons en espérant être encore compétitif.
  • Contact

SPONSORS

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram