Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 23:56

    Avec le mauvais temps qui s'abat aussi bien en Europe qu'en Amérique du Nord, les duathlons reviennent à la mode, la faute à une eau trop froide le jour des courses. Le triathlon de Mt Tremblant, avec une eau à 10°C n'a pas échappé à la règle. C'est en effet de la pluie et du froid qui s'est abattu sur le nouveau site mondial du triathlon ces derniers jours, et même le matin de la course, la température fraîche et la pluie ne donnaient pas envie de courir. Ce sera donc un duathlon à la place du triathlon olympique, ce qui ne fait pas mon affaire, car 6 jours après un demi-ironman très éprouvant dans le Connecticut, je ne me voyais pas faire deux épreuves de course à pied au lieu d'une seule. 946420 10152893149530693 540446686 n601920 10152893149630693 149471989 n   Au passage, je tiens à souligner ma surprise en arrivant dans la ville de Mont Tremblant, tellement la ville a su se transformer pour accueillir les évènements WTC (l'entreprise qui organise les Ironman, Ironman 70.3 et les triathlons olympiques 5150). Il faut dire qu'en 2014, il y aura un 5150, un Ironman 70.3, un Ironman et les championnats du monde d'Ironman 70.3 à Mt Tremblant, et la ville voit ceci comme une bénédiction économique. C'est important de le souligner à l'heure où les organisateurs de courses dans des villes comme Montréal ou Québec sont vu comme des gêneurs.

   Bref, pour revenir à la course, j'étais découragé de devoir me confronter à des spécialistes du duathlon maintenant que mon wetsuit Zoot et moi filons assez vite dans l'eau pour tirer mon épingle du jeu dès la première épreuve. Mais cela reste une belle épeuve, avec quasiment 700 coureurs, c'est surement le plus gros duathlon qui ait jamais eu lieu au Québec. Au moment du départ, comme attendu, tout le monde est parti très fort. Avec mon ami JP, nous courrons à 3'30''/km et pourtant nous sommes dans les 30èmes, aux côtés de Jérome Bresson, qui finira 2ème de la course, c'est dire si les gens s'emballent vite. Le parcours est très valloné, et je sens d'entrée que c'est difficile pour mes jambes, cela me rapelle de façon trop fraîche les côtes d'il y a 6 jours. Au bout de 5km, je suis incapable de suivre l'accélération de JP. Il disparait très vite de mon champ de vision, ce qui me décourage, d'autant plus que je ne rattrape pas tant de gens que ça, ça ne casse pas, ou plutôt c'est moi qui casse. Je rentre en transition 25ème en un peu plus de 36 minutes, le coeur au bord de l'explosion. Je fais une mauvaise transition, perds trop de temps à mettre ma veste, mon casque, et commence à me demander ce que je fais ici.

   Heureusement, dès les premiers coups de pédales, sans forcer, je double beaucoup de monde. Finalement, c'est plutôt une forme de vélo que j'ai aujourd'hui alors je commence à pousser. Je me transforme alors en bus de ramassage scolaire, et vais chercher les cyclistes les uns après les autres. Je me sens vraiment à l'aise dans les montées, et je ne vois personne capable de m'y suivre. En plus, j'ai gagné de l'assurance en descente, car personne ne me double non plus. Le parcours vélo, assez côteux, est parfaitement à mon avantage, et je fais mes 40km8685 10152893149790693 168682654 n complètement à bloc, et remonte à la 6ème place. En fait, je fais le 2ème chrono du parcours vélo en 1h05', et le meilleur ne l'a été que de 8 secondes. Sachant que ce temps prends en compte les deux transitions, j'aurais définitivement du mieux m'appliquer à la première. Mais je valide bien la sueur versée sur les routes de France en mai, notamment sur les pentes du Mont Ventoux.

   Je pose le vélo avec le 5ème et le 7ème. Cette fois, je fais une excellente transition et parviens à rester au contact. Je passe même 5ème dès le début des 5km de course avec en ligne de mire le 4ème et le 3ème. Mais je ne fais pas de miracle dans les côtes, et ne leur prends pas de temps. Je me suis même épuisé à essayer d'aller les chercher, et lorsque le 6ème, qui a couru derrière moi tout le long, lance des accélérations dans les derniers hectomètres dans le village de Tremblant, je réponds une fois, deux fois, mais je lâche l'affaire à la troisième, n'ayant plus du tout de jus. C'est tout de même une belle 6ème place inespérée qui m'attends, étant données les circonstances; les changements du parcours et la courte récupération.

   Je brise les deux heures sur ce parcours exigeant et fait un podium dans mon groupe d'âge. Ce site enchanteur a tout pour plaire, et c'est sûr que j'y retournerais l'an prochain en espérant pouvoir enfin nager. Reste à savoir sur quelle distance puisqu'apparemment on a l'embarras du choix à présent...5911 497334193672213 1676074421 n5150 MT TREMBLANT - 10KM+40KM+5KM

1h59'30''

Course : 36'08'' (3'36''/km, 16,605km/h, 23ème temps)

T1 + Vélo + T2 : 1h05'46'' (2ème temps)

Course : 17'35'' (3'30''/km, 17,062km/h, 14ème temps, 6ème classement final)

6ème sur 683 finishers

3ème homme 20/29 ans.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de duathlons Olympique
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram