Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 11:31

Sans titre

TM2 1742   Un de plus. Ce qui était l'été dernier une grosse course est devenu cette année la routine. A un tel point, que sans m'en rendre compte je néglige la période de repos d'avant course. Couché tard vendredi soir, levé tôt le samedi matin pour regarder le tour de France, et une nuit de quelques heures dans la voiture de samedi à dimanche. Aussi, avec les combinaisons interdites malgré la fraîcheur matinale, dimanche matin, il était très dur de trouver de la motivation, même pour les championnats canadiens de demi ironman. Heureusement le plaisir est vite revenu dès la fin de la natation, après avoir nagé 1,9km dans le lac Magog en un peu plus de 33', une minute plus rapide qu'il y a deux semaines. Ces derniers temps, j'ai mis l'accent sur la natation, et je me sens progresser de semaine en semaine, tant sur la technicité, sur les appuis, que sur le physique. Peut ête l'effet est-il psychologique, mais je me sens de plus en plus à l'aise sur cette distance de 1,9km.

   Bref, j'étais bien déterminé à faire quelque chose sur le vélo. Comme prévu, le parcours était assez difficile, très valloné. Avec un léger vent de face sur la première moitié, j'ai pu tout de même garder un 33km/h de moyenne, qui s'est transformé en 34,5km/h sur la deuxième moitié avec le vent favorable et plus de descentes. La température n'était pas très chaude, ce qui m'a permis de ne pas perdre de temps à m'arrêter sur les ravitaillements. J'ai réussi à garder un effort constant tout le long, sans baisse de régime comme c'est parfois le cas, et surtout je me suis donné à fond dans chacune des montées, dépassant énormément des vélos de contre-la-montre, qui me rattrappaient ensuite dans lesTM1 1831 descentes et sur le plat. J'ai plutôt apprécié ce jeu du chat et de la souris tout le long du parcours, car pour chaque coureur qui me doublait en descente, je faisais l'effort de le rattrapper dans montée qui suivait, et surtout de l'enrhumer en le doublant, quitte à y laisser de l'énergie pour plus tard. Bref, je me suis bien fait plaisir sur cette partie vélo, ce qui m'a emmené à la terminer en 2h40', mais en comptant les deux transitions, ce qui est là encore une nette amélioration par rapport à il y a deux semaines. Malgré ça, je n'étais pas classé dans le premier 10% de la course, comme sur un ironman classique. Cette fois, j'étais dans les 40ème (après avoir compté les cyclistes au demi tour du parcours vélo), peut être le signe que malgré son faible nombre de participants (200), les championnats canadiens attirent du niveau.

   Je suis donc parti sur mon demi marathon après 3h13' à ma montre, très satisfait et plein d'ambition. En effet, avec une bonne course à pied, ce qui correspond pour moi à 21km en 1h30', je pouvais nettement briser le 4h45', ce qui aurait été un chrono vraiment excellent sur un parcours global assez difficile. La partie de course à pied était constituée d'une boucle de 5,25km à faire quatre fois, avec un belle montée au milieu de chaque tour. Je suis parti sur mon pace visé, pas trop vite cette fois, car l'envie et l'espoir de bien faire étaient là. Des crampes d'estomac sont apparues, mais je ne me suis pas affolé, car il y a deux semaines, j'ai fait une belle partie course à pied avec ces crampes d'estomac. TM2 3488J'ai l'impression que mon corps n'arrive pas encore totalement à encaisser une grosse partie vélo enchaînée d'une grosse course. Cela viendra et en attendant, je me suis efforcé de faire passer doucement ces crampes d'estomac. Le premier tour s'est finalement assez bien déroulé, mais c'est dès le début du deuxième que mes intestins ont lâché, m'obligeant à faire une pause toilette urgente. Du coup, j'avais déjà perdu des minutes dès le deuxième tour. Dans le troisième, un autre problème est apparu, l'hypoglycémie. Sur les ravitaillements de course à pied, les bénévoles ne tendaient que des verres d'eau et de boisson énergétique. Je sentais qu'il me fallait plus que ça, comme des gels, et c'est lorsque j'ai commencé à me sentir mal sur le troisième tour et que j'ai marché à un ravitaillement que j'ai vu des gels tranquillement posés sur les tables, comme cachés dans un coin entre les nombreux verres d'eau et de e-load. J'étais un peu énervé que les bénévoles n'en avait pas donné aux IMG00011-20120722-1047coureurs, aussi j'en ai pris cinq ou six et je suis partis avec. Sur les sept ou huit kilomètres qui restaient, je n'ai carburé plus qu'avec ça et de l'eau, en essayant tant bien que mal de surmonter ma grosse baisse d'énergie. J'ai terminé ma course en 1h39', déçu, mais pas surpris, car j'avais compris dès le deuxième tour que ça serait dur d'atteindre l'objectif fixé. Malgré ça, je fais à trente secondes près le même temps qu'il y a deux semaines, sur un parcours plus difficile, et moins reposé. Je finis donc 38ème de ces championnats canadiens, et 9ème de ma catégorie, une performance pas si pire, d'autant plus qu'elle m'aurait qualifié pour les championnats du monde 2013 de longue distance à Belfort, en France, si j'avais eu la nationalité canadienne !

   Mes sensations sur la nage et le vélo m'ont donné plein d'ambitions pour l'IronMan 70.3 Timberman en août. A condition de moins le prendre à la légère cette fois-ci, et d'arriver frais et motivé, la deuxième chose étant toujours plus facile que la première dans mon cas.

TRIMEMPHRE - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h54'06''

Swim : 33'43'' (1'46''/100m, 41ème temps)

T1 + Bike + T2 : 2h40'44'' (38ème temps)

Run : 1h39'41'' (12,700km/h, 4'43''/km, 49ème temps)

38ème sur 200 partants

9ème homme 20/24 ans.

Les photos ici.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons 70.3
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram