Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 11:56

   Habitué aux saisons qui ne s'arrêtent jamais en France, je cherchais à grapiller la moindre course pour mon premier hiver au Québec, histoire de m'ennuyer le moins possible. Après une longue saison de longues distances l'été, je prends beaucoup de plaisir à ne faire plus que du court durant l'hiver. Pas question de laisser passer ce 10km aux portes de la cité Montréalaise, à Brossard, sur la rive sud du fleuve St Laurent. Avec mon ami Jean, nous nous sommes présentés assez tôt en cette fraîche journée, où quelques flocons s'étaient même permis de faire irruption plus tôt dans la matinée. Nous sommes même arrivés les premiers. Il faut dire que nous avions peur qu'il y ait beaucoup de monde à cause de l'annulation du marathon de New York, suite aux dégâts de la tempête Sandy.

   Ce matin, je ne me vois pas souffrir autant que j'ai souffert pour battre mon record à la classique du parc Lafontaine il y a trois semaines. Et puis, il n'y a pas de bornes kilométriques pour courir à la montre, donc aujourd'hui je vais courir au feeling, ou même stratégiquement, en fonction des autres coureurs.

DSC09482.jpg   Lorsque le départ est donné, je suis impressionné par le gros pace que prennent immédiatement la plupart des concurrents. C'est quelque chose que j'ai remarqué récurrent dans les courses où le niveau est peu relevé, comme c'est le cas aujourd'hui à cause de la concurrence d'une autre course, la Oka road race. Peut être que le manque d'expérience de la plupart des coureurs les pousse à faire les mêmes erreurs que je faisais il n'y a pas si longtemps. Aussi, je laisse filer tout ce beau monde, et prends tranquillement mon rythme. Il y a deux mois à peine, j'aurais paniqué et cherché à suivre le train. Mais aujourd'hui, je sais qu'il est plus payant de patienter. Dès le premier kilomètre, je remonte de la dixième à la quatrième place. Puis l'écart se stabilise avec les trois hommes de tête, je cherche juste à conserver cet écart patiemment, attendant qu'ils faiblissent. L'un craque au kilomètre 4, et je le double à la mi-parcours. Cette mi-parcours marque aussi le moment où ce n'est plus la peine de se contenir : il est temps de lâcher les chevaux. Aussi, je ne sais pas si c'est moi qui ai accéléré, où eux qui ont ralenti, mais tout doucement, au fil des kilomètres, l'écart avec les deux coureurs diminuait. Vers le kilomètre 7, je reviens finalement à leur hauteur, et reste sagement abrité derrière eux. Au kilomètre 8, me sentant en jambes, je choisis le moment d'accélérer et de les laisser. A ce moment là, l'un casse, et l'autre relève le défi de me suivre. Pendant un kilomètre j'entends ses pas juste derrière moi. Mais je suis surmotivé par le fait de courir derrière la voiture de police ouvrant le parcours, et trouve encore les ressources de mettre une dernière petite coche dans le dernier kilomètre. J'entends alors de moins en moins les pas de mon poursuivant. A 50m de la ligne d'arrivée, je me retourne et constate qu'il n'est pas si loin, me confirmant qu'il faut bien sprinter pour assurer la victoire.

   Je passe la ligne avec seulement deux secondes d'avance, mais tellement satisfait d'avoir maîtrisé stratégiquement la course. J'ai même une seconde de trop comme dirait Jacques Anquetil, disons que c'est la marge de manoeuvre. Une autre surprise est mon chrono final, 34'05'', 1'30'' de mieux qu'il y a trois semaines. Je sais alors immédiatement que le parcours est plus court, car je ne suis pas dans le même état qu'à la classique du parc Lafontaine, ce qui est confirmé par les coureurs ayant des montres GPS, il manque à peu près 400m. Mais reste la satisfaction d'avoir finit en tête des 219 coureurs d'aujourd'hui, et de fêter ça au milieu de tous les fruits du ravitaillement d'après course.

CLASSIQUE DE LA MEC A BROSSARD - 10KM

34'05''

17,604km/h,  3'25''/km

1er sur 218 finishers

1er homme 20-29ans.

Partager cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram