Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 21:44

   Après avoir longuement étudié le calendrier des duathlons au Québec, mon ami Fred et moi avions décidé d'en sélectionner quelques uns, et Oka serait le premier de la liste. Aussi, après avoir jeté un coup d'oeil aux résultats, si nous faisions réellement les temps que nous voulions, nous serions devant les premiers. Du coup, nous attendions cette course avec impatience. Fred étant bien meilleur que moi en course à pied, mais étant donné mon avantage en vélo grâce à mon entrainement d'hiver, il était dur de savoir lequel des deux finirait devant l'autre. Mon plan d'attaque était donc de laisser filer Fred sur la première partie (5km de course à pied), de tout donner sur le vélo (20km), surtout de le rattrapper avant la mi-parcours afin d'emmagasiner assez d'avance pour ne pas me faire doubler dans les derniers 5km de course à pied.

   Et donc nous voilà dimanche matin à 6h30 à essayer de faire rentrer deux vélos dans une petite voiture de location. Nous partons finalement vers le magnifique parc naturel d'Oka avec une roue qui sort par la fenêtre arrière droite, ce qui fait qu'on se les gèlent dans la voiture à cette heure de la matinée à 100km/h sur l'autoroute. Le parc d'Oka est une somptueuse forêt bordant une large plage de sable autours d'un lac. Je ne résisterai pas à la tentation d'aller nager après la course d'ailleurs. Après avoir récupéré nos dossards, déposé nos vélos, étudié le parcours, l'heure du départ sonne.

   Nous partons donc pour les 5 premiers kilomètres de course à pied. A première vue, je suis beaucoup moins courbaturé qu'en début de semaine, et satisfait de ma foulée. Beaucoup de duathlètes partent en fous, et je rattrappe les trois-quarts dès le premier kilomètre. Je compte que je suis 4ème à ce moment-là, et je laisse Fred partir petit à petit au loin, comme prévu. Il est en tête de course sans surprise. Je me sens de très bonnes jambes, et je pense être sur mon rythme de course pour un 10km, peut-être même plus rapide, mais je passe dans l'aire de transition 4ème en 19'38'' à 1'30'' de Fred. C'est sûr, je n'ai pas pu être aussi lent, il doit y avoir un peu plus de 5km.

   A présent, fini de rigoler, je veux frapper fort sur le vélo. Je quitte mes chaussures en vitesse, cours pied nu, enfourche ma monture, entends le bruit des élastiques tenant mes chaussures de vélo qui pêtent (ouf, c'était la permière fois que je testais ça, je n'étais pas trop sûr de moi), et file à 42-43km/h sur les premières parties plates. Au bout de quelques kilomètres, je rejoins la boucle à faire deux fois avant de rentrer. A ma surprise, ce n'est pas tout à fait plat, et c'est même très vallonné, il faut savoir jouer avec les pignons pour passer les côtes en perdant le moins possible de vitesse. J'ai le coeur qui s'emballe vite, mais j'attends impatiemment de croiser Fred. C'est au kilomètre 6 que je le double en l'encourageant, bien avant la mi-parcours, mon plan focntionne donc très bien. j'attaque la seconde boucle en essayant tant bien que mal de garder de rythme, et je me surprends à rouler à 37km/h de moyenne. Je prends un gel par prévention d'un coup de fatigue, ce que je ne fais jamais d'habitude sur les petites distances, mais je préfère mettre toutes les chances de mon côté. En rentrant sur la fin du vélo, mon compteur indique plus de 38km/h de moyenne, je pense avoir pas mal d'avance sur Fred, mais je ne connais pas ma position, car sur le parcours vélo, nous étions mélangés avec le triathlon parti plus tôt, et je ne savais pas si je doublais des triathlètes ou duathlètes.

2.jpg   Cela ne m'empêche pas de partir sur la dernière partie de course stressé de me faire rattrapper. Je me retourne fréquemment, et lutte pour donner du rythme. La course à pied consiste en un aller-retour sur des chemins de terre dans la forêt, et au demi-tour, je lance le chrono. Je croise Fred au bout d'environ 30 secondes, ce qui veut dire que j'ai à peu près une minute d'avance sur lui. Il faut que ça tienne jusqu'à l'arrivée. Je prends à nouveau un gel pour me booster, je donne tout, et me retourne tous les 100m sur la fin : pas de Fred. Je franchis la ligne d'arrivée très satisfait, et Fred me suit de 25 secondes. Il s'en est fallu de peu, il a été 1'30'' plus rapide que moi à nouveau. Mais j'ai tenu le coup.

   Nous ne connaissons toujours pas notre classement, et c'est lorsque les résultats sont affichés après deux heures de suspense que nosu voyons nos deux noms en tête de liste. C'est bizarre de ne pas avoir à se chercher dans la feuille, et ça fait tellement plaisir. C'est ma première victoire à vie, et ça vient de me mettre en joie pour au moins un mois. Avec Fred, on n'était pas venus à Oka pour parler brioche.

3-copie-1.jpgDUATHLON D'OKA - 5KM+20KM+5KM

1h13'06''

Course à pied 1 : 19'38'' (15,280km/h, 3'56''/km, 4ème temps)

Transition 1 + Véloroute +  Transition 2 : 33'52'' (1er temps)

Course à pied 2 : 19'35'' (15,319km/h, 3'55''/km, 3ème temps)

1er sur 61 arrivants

1er homme 20/24 ans.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de duathlons Sprint
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram