Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 16:58

Sans titre

   Il s'est passé vraiment beaucoup de choses ce weekend, avec mon pote et training partner JP "the moustache". Déjà, gros évènement du mois, nous avons vu des hamishs sur la route pour aller à Syracuse, NY. On a longtemps hésité à s'installer avec eux, puis finalement on s'était dit que c'était pas si mal d'aller faire un ironman 70.3.

4.jpeg995688_10152943789865693_689370065_n.jpg   En arrivant sur le site du triathlon de la salt city, la température était déjà très chaude, et ça n'allait en rien s'améliorer car c'était 47°C en température ressentie que la météo annonçait. Cela changeait légèrement les plans, car ça ne servait plus à rien d'en garder sous la pédale, car de toute façon tout le monde allait casser sur la course à pied. Bref, il fallait tout donner sur le vélo.

   Nous étions aussi en mode poorfessional. Je l'ai été l'an dernier en dormant dans la voiture à plusieurs reprises, mais cette fois avec JP nous avions réservé dans un camping. Mais en voyant le calme du site, nous avons finalement planté la tente à... 200m du parc à vélo. Oui, nous étions les premiers sur place le dimanche matin. Autre chose aussi, nous avons découvert qu'en camping... Il n'y a rien à faire. Du coup JP s'est couché à 19h, et moi, après plusieurs heures à regarder les canards sans bouger, je l'ai rejoint à 20h30. Certes, on était réveillés à 4h30 du matin, mais avec une grosse nuit qui nous donne au réveil des impressions de jour de forme.

   Puis, il y a quelque chose de qv9jiz0y.jpgdifficilement compréhensible sur les évènements WTC : les groupe d'âge rapides partent en dernier, et passent la course à doubler les autres groupes d'âge lents. donc, moi et JP, en 25/29 ans et 30/34 ans, les deux groupes d'âge les plus compétitifs, nous sommes partis en derniers, une heure après les pros. Nous avons eu tout le loisir d'observer ces messieurs dames faire leur transition, et on s'est dit que finalement on était pas si mal nous autres en transition. Mais ce qui nous a inquiété c'est que les stars comme Joe Gambles ou Lisa Norden (médaillée d'argent aux derniers jeux olympiques, qui d'ailleur au passage a raté la médaille d'or pour 0,9 millième de seconde) ont nagé jusqu'à 2 minutes, 2 minutes 30 plus lentement que d'habitude. C'est clair que la distance n'était pas bonne et en effet, malgré les superbes sensations de glisse dans mon wetsuit Zoot, les conditions parfaites (eau à 20°C), le fait que j'ai pris le draft dans les pied d'un bonhomme assez rapide, je suis sorti en 31 minutes, bien déçu, de l'eau. Pour info, j'avais nagé en 29 minutes il y a trois semaines, avec bien plus mauvaises sensations à cause de la fatigue.

h4i0ed8k.jpg   Bref, je me suis dis que je ne devais pas être mal classé, et je suis parti à la chasse aux places. Les plus grosses montées étant en début de parcours, j'ai forcé modérément en début de course pour utiliser ma force, la grimpe. Je rattrape JP parti 5 minutes avant un peu avant le ravitaillement du 20ème kilomètre. Je m'hydrate énormément car déjà je sue à grosses gouttes sous mon casque aéro. Le vent fait chuter la moyenne si bien que je ne m'attends pas à un grosse moyenne comme prévu, et suis un peufpxwyvqj.jpg découragé à mi-course. Des douleurs apparaissent, et heureusement les ravitaillements et le vent dans le dos dans le chemin du retour me redonnent le moral, car ça roule à présent à 45km/h sur le plat au lieu de 37. En plus, je rattrape deux bonhommes de mon groupe d'âge, ce qui me motive encore plus, j'ai vraiment l'impression de faire un beau vélo, et la moyenne ne cesse de grimper. Je pose le vélo en 2h26, mon meilleur bike split jusqu'à présent, et surtout le meilleur bike split de mon groupe d'âge. Je suis 2ème des 25/29 ans, mais je sais que je vais devoir lutter sur la course à pied.

   Les 21,1km sont un aller-retour à faire deux fois. Sur le premier aller, je suis littéralement terrorisé par les côtes, environ 3, qui semblent tellement plus raides que sur le site internet. Et sur deux aller-retour, ça en fait 12. Surtout que je n'ai plus d'énergie, même pas sur le retour un peu plus en descente. La chaleur me fait même vomir un peu sur le début de la course. Mais le gros point positif, c'est que j'ai réussi à inverser la tendance à grand coup de glaçons sous le tri suit dans le dos et le ventre. Je me suis aspergé sans modération, bu énormément, pris des gels, et les jambes sont reparties. Tous ceux de mon groupe d'âge, et même les autres, qui m'avaient uc3on8uf.jpgdépassé à toute allure dans la première partie, se sont mis à marcher dans la deuxième, et j'ai pu reprendre beaucoup de monde. Un bonhomme du même âge que moi me ratrappe, je suis d'humeur à batailler, nous courrons côte à côtes quelques minutes dans une grosse côte puis soudain il marche et me dis "Ok, good run, man". C'est un gros point positif dans mon cas de pouvoir tenir le crachoir sur la fin de course, et même si sur le papier mon temps de 1h43 est assez lent, on peut dire que je fait parti de ceux qui ont le moins cassé. Chez les pros, seulement 3 brisent le 4h20, alors que d'habitude tout le monde est aux alentours des 4h. D'ailleurs des pros qui trottinaient sur le parcours, j'en ai croisé quelques uns, qui avaient complètement arrêté de s'arracher, mais qui ne voulait peut-être pas de DNF (did not finish).

   Bref, à trois kilomètres de la ligne d'arrivée,l3n0kn29.jpg je ralenti un peu car je commence à être sur les rotules. Mais voilà, à environ 1000m du finish, un bonhomme avec 'Great Britain' sur les fesses et '27' (son âge) inscrit sur le mollet me double vraiment très vite. Je suis écoeuré mais je me dis que je peux pas laisser ce gars là me dépasser maintenant, pas maintenant, même si je n'ai aucune idée de mon classement. Alors je me mets à accélérer avec mes dernières forces, le dépasse et je garde 20m d'avance sur lui. Je suis complètement à bloc, s'il décide d'en remettre une couche, je suis foutu. Je me retourne tous les 50m, et mon avance de 20m a l'air de tenir. Sur la dernière ligne droite, voyant qu'il me laisse tranquillement, je lève un peu les bras en l'air pour célébrer ces 8 secondes d'avance. Sans le savoir, je viens de gagner au sprint le dernier slot pour les championnats du monde à Las Vegas, en me classant 4ème. Je suis extrêmement fier d'avoir réussi cela, même si je n'irai pas pour des raisons financières. Mais qu'il est bon de dire qu'on est capable de se mériter un billet pour les world championships. Bref 4h44 temps final, et une très satisfaisante 31ème place overall sur une course de 1616 athlètes. JP qui n'est guère loin derrirère est lui aussi sur les rotules. Les deux clowns sont bien heureux d'être sortis vivants du four.

3.jpegIRONMAN 70.3 SYRACUSE - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h44'58''

Swim : 31'35'' (1'39''/100m, 66ème après swim)

Transition 1 : 2'45''

Bike : 2h26'14'' (36,927km/h, 26ème après swim+T1+Bike)

Transition 2 : 1'27''

Run : 1h43'00'' (12,291km/h, 4'52''/km, 31ème classement final)

31ème sur 1616 partants

4ème men 25/29 ans.

Les photos ici.


 

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons 70.3
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram