Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:46

111

10632655 526609110816591 4241361609542109370 n   Au mois d'août, j'ai expérimenté pour le 70.3 Timberman une manière différente de m'entrainer, avec mon plus petit mois en terme de volume de course depuis 2010, mais beaucoup de courses sur route et de triathlons en mode entrainement. Le résultat a été une performance similaire à auparavant, mais avec l'impression d'avoir plus de fatigue accumulée. Je voulais surtout améliorer mon temps de course à pied, ce qui n'a pas été le cas. Ainsi, pour mon dernier triathlon de la saison, le championnat du monde amateur de demi-ironman, j'ai décidé de faire comme je faisais avant, moins de compétitions et plus d'entrainement.

10645095 526609144149921 6069056316796103658 n   J'étais dans un grande confiance, car je n'ai pas connu de mauvaise 10600492 526609234149912 4839557670606360823 ncourse cette année, ni de problèmes mécaniques. Je n'ai eu aucune pression, un bonheur comparé à ma première course de la saison, en mai, où j'ai dû rêver une vingtaine de fois que je ratais le départ. J'étais donc serein, et c'était un weekend de fête car en plus de ma chérie venue m'encourager, mes parents avaient même fait le déplacement depuis la France. J'avais donc une formidable équipe à mes côtés pour m'encourager ! Malgré un petit coup de stress le vendredi, car je ne pouvais pas aller chercher mon dossard (apparemment la terre s'arrête de tourner lors des championnats du monde amateur, il est interdit d'être étudiant et d'avoir des cours le vendredi après-midi), l'organisation m'a bien aidé à régler ce problème et je les en remercie.

10686792 526630204147815 1020910296045245459 n   Le matin de la course, le lac couvert de brume était magnifique mais peu accueillant. Heureusement, le départ tardif laissait une chance au soleil de réchauffer un peu l'ambiance au départ. Comme d'habiture, les grands moyens étaient mis en oeuvre, et c'était un véritable spectacle. Mon départ a été donné dans les dernières vagues. Cependant, étant donné le niveau de l'évènement, à aucun moment je n'ai été gêné par les nageurs plus lents des autres vagues. Il n'y avait tout simplement pas de nageurs lents et j'ai pu nager sans être gêné, et même la densité de nageurs de mon groupe d'âge autours de moi était une aide. Cependant, je pense avoir accumulé un peu de fatigue dans les épaules, car malgré l'absence d'obstacle, j'ai nagé à peine 5 secondes plus rapide qu'à Timberman, soit 27'51''. Je devrais attendre 2015 et un autre hiver de nage pour mon sub 27 !

   Sorti de l'eau, j'ai eu droit à la fameuse10620765 529204713890364 8726891140113237601 n longue transition de Tremblant. Une fois sur le vélo, sans surprise, j'avais de super jambes. Je n'ai encore jamais eu de triathlon où le vélo s'est mal passé, alors j'ai tendance à pousser sans compter sur cette discipline là. Je suis arrivé avec 42km/h de moyenne à l'autoroute 117, la portion rapide du parcours, mais venteuse cette journée là. Au bout de quelques kilomètres, des cyclistes très rapprochés me doublent. Je me retourne et c'est un peloton de 100 coureurs qui est derrière moi ! Ne comprenant pas l'intérêt des athlètes à s'inscrire à une course pour tricher, j'ai accéléré pour  semer le groupe. 5km plus tard, le même groupe me rattrape. Je le laisse alors partir, dans l'impossibilité de le semer. Je me retrouve enfin à nouveau en solitaire, et arrive vers le kilomètre 35 au demi-tour, avec 41km/h de moyenne. Je suis très encouragé 10696298 529320140545488 8432028795290044269 npar cette moyenne mais suis aussi conscient qu'elle va chuter dans les 20 derniers kilomètres (montée de Duplessis). Peu après, c'est un nouveau peloton qui me rattrape. En fait, des pelotons il y en a absolument partout, mais celui-ci contient des visages familiers québécois, ce qui est d'autant plus frustrant de savoir que la mentalité dans notre beau sport est en danger jusque dans notre province canadienne.  Ce peloton là, je prends le risque de le semer, et je parviens à parcourir une vingtaine de kilomètres sans problèmes, jusqu'à la sortie de l'autoroute. De retour vers le village de Tremblant, alors que la fatigue commence à se faire sentir, le même groupe de cyclistes me rejoint. Moi, je commence a être dans le rouge dans ma position aéro, et je me fais doubler à 40km/h par des gens même pas en position aéro et en train de parler. J'ai juste envie d'appeler un arbitre mais il n'y en a pas un seul sur tout le parcours, alors ma colère explose et je me retourne pour m'adresser au groupe: "Good job drafters ! Good job ! Drafting is like doping ! I just want to say today you all CHEATERS !". Sur ce, avec ma petite montée d'adrénaline, je trouve la force d'accélérer dans une côte et me débarasse définitivement du groupe de tricheurs.

   Cet épisode est la grosse tâche d'encre 10687177 10152604769716999 8671178995032934999 ndans la fête au début parfaite. L'organisation, en ne mettant aucun arbitre, et les coureurs, en draftant, ont juste gâché l'évènement et faussé complêtement les résultats. D'après ce que j'ai vu, j'estime que les deux tiers des cyclistes roulaient en peloton. Si deux tiers trichent en draftant, quel pourcentage trichent en se dopant ? J'ai récemment lu un article où 20% des athlètes à un ironman en Allemagne ont avoué se doper. Ma question, est : Quel pourcentage se dope mais ne l'avoue pas ? Et quel est le plus grave, gagner 5 minutes sur le vélo en draftant et 5 minutes sur la course à pied car on a les jambes fraîches, ou gagner 5 minutes sur le vélo et 5 minutes sur la course à pied car on est dopé ? Voilà pourquoi selon moi drafter ou se doper, c'est la même chose. D'autres diront qu'il est impossible d'éviter les pelotons sans se griller les jambes. C'est en réfléchissant comme ça que les pelotons passent de 5 à 10 puis 20 puis 50 coureurs. Pour ma part, j'ai pu les éviter même si ça a été dur. Je pensais les triathlètes avec une meilleure force mentale que ça.

h502ns0n   Bref, je suis rentré à Tremblant avec 40km/h de moyenne au compteur, au kilomètre 70. Complêtement écoeuré, j'ai monté Duplessis, suis redescendu, et j'ai posé le vélo en 2h17', battu par 115 athlètes, certains meilleurs que moi, d'autres n'ayant pas donné un coup de pédale.

   Je me suis considéré chanceux de faire parti des rares privilégiés à faire un triathlon, 66% des participants n'ayant qu'un demi-marathon au programme, alors j'ai resaisi mon orgueuil et suis parti sur du pace de 4'00''/km. Tout allait très bien malgré les côtes, je n'avais aucune crampes ni grosse fatigue. Mais ayant un très mauvais niveau dans les montées, j'ai laissé beaucoup de temps dans la grosse côte du village. Ce moment était magique avec l'abondance de spectateurs. Mais sur la deuxième boucle, j'ai senti que j'avais laissé des plumes dans cette montée là. Je n'avançais plus pareil dans les petites côtes et j'ai vu le pace diminuer. Sans toutefois connaitre de mur, je me suis fait un peu violence pour rallier le fil d'arrivée avec mon 21km en 1h30', mon niveau actuel sur parcours accidenté. Encore une fois, la ligne d'arrivée était un grand moment de spectacle et d'émotion, tant sous l'arche qu'au moment de retrouver ma famile, ma chérie, mes amis. 10349151 10152604771446999 3716160454584723588 n   Dans l'ensemble, mon temps de 4h21' me satisfait grandement au vu du parcours de course à pied, et je peux espérer quelques minutes de moins sur la version "facile" en juin 2015. C'est un grand évènement dont j'ai été très heureux d'être acteur plutôt que spectateur comme auparavant, et je suis content d'y finir ma saison. Cependant, je ne pense pas refaire cette course, qu'elle soit ici ou ailleurs. C'est un évènement qu'il faut faire une fois dans sa vie, mais cela reste un championnat du monde faussé où l'intérêt est très pauvre, car il ne reflête pas notre place dans le niveau mondial. Je préfère garder mon énergie pour les courses avec arbitres ou tout simplement les autres triathlons de Tremblant. J'ai un sentiment mitigé vis-à-vis de mon premier championnat du monde, et j'espère que les organisateurs comme les athlètes sauront faire revenir notre sport dans la bonne direction.

10656189 10152646871733211 701754707 n

IRONMAN 70.3 WORLD CHAMPIONSHIP - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h21'31''

Nage : 27'51'' (1'27''/100m, 324ème temps)

Transition 1 : 4'27''

Vélo : 2h17'25'' (39,297km/h, 116ème temps)

Transition 2 : 1'28''

Course : 1h30'20'' (13,948km/h, 4'18''/km, 366ème temps)

188ème sur 2230 partants

41ème homme 25/29 ans.

Les photos ici.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons 70.3
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram