Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 19:20

  8 triathlons de complétés dans mon épopée naissante dans le triathlon et toujours pas de courte distance : 7 demi IronMan et un IronMan. Cette saison aura commencé par un IronMan, puis auront suivi trois demi IronMan, et tant qu'à faire les choses à l'envers, allons jusqu'au bout : finissons par un courte distance. Je me suis donc inscrit sur mon premier triathlon olympique, avec un peu de pression, car j'allais découvrir le distance, et devoir affronter la pluie selon la météo. Mais après tout, j'avais l'avantage d'un parcours parfaitement plat sur le circuit de formule 1 de Montréal, le chrono ne pouvait être que bon.

16748-716-17360083   Finalement, pas une seule goutte n'est tombée pendant la course, mais c'est un vent à décorner les boeufs qui a soufflé sur l'île au milieu du St Laurent. J'ai profité du départ de ma vague tardif (12h30) pour arriver bien en avance. Malgré la petite taille du bassin olympique, de belles vagues avaient le temps de se former et de s'écraser sur la plage artificielle créée pour l'occasion. J'ai donc décidé de bien m'échauffer afin de mesurer l'ampleur de l'agitation aquatique du jour. En pleine prise de confiance dans la discipline de la natation, je me suis posté en toute première ligne. Et je n'ai pas été déçu de mon choix, je me suis bien fait bousculer, j'ai bu la tasse plusieurs fois, et même cru que j'allais me noyer. Il faut dire que le départ a été très rapide, et je n'avais pas l'impression d'avoir ma place ici. Mais lorsqu'il a fallut prendre sa vitesse de croisière, à mon grand étonnement, je suis sorti facilement du pack dans lequel j'étais, et j'ai fait cavalier seul durant les trois quarts de la nage avec en ligne de mire une demi-douzaine de nageurs devant moi. La lutte contre les vagues a été terrible, mais dès le demi tour de passé, elles m'ont rapidement mené jusqu'au rivage, me permettant de sortir 3ème de ma catégorie de l'eau, 24'39'', 22ème temps overall parmi les 548 athlètes, un exploit pour moi à qui la natation est le point faible.

  J'embarque rapidement sur le vélo en me posant plein de questions sur la manière dont le vent va me ralentir. En gros, sur un tour de 4,4km, on a 2,2 face au vent, et autant vent dans le dos. Les premiers 2km face au vent sont difficiles, je ne trouve pas mon rythme, mais lorsque le vent me pousse, je file à 55km/h, ça ne m'étais encore jamais arrivé sur cette 16748-284-17341971piste, et je retrouve le moral. Je parviens ainsi a forcer pour garder un 35km/h face au vent, et reste attentif à ceux que je double ou ceux qui me doublent, au cas où ils feraient partis de ma course, mais les coureurs de toutes les distances sont mélangés et il est dur de savoir qui fait quoi. Progressivement, mon compteur affiche un peu plus de 40km/h de moyenne, je suis plus que satisfait d'atteindre mon objectif malgré ce vent. Je compte les tours en même temps que je joue au yo-yo avec d'autres cyclistes (je les double, ils me doublent, je les double, etc...). Lorsque je sors enfin du circuit pour aller vers la zone de transition, je suis surpris de voir que de bons cyclistes embarquent pour un autre tour, mais je ravale ma fierté en voyant qu'il y a déjà pas mal de vélos de posés dans la transition.

16748-121-17373877   Je repars très vite les chaussures aux pieds, mais je n'ai aucune idée du temps que je peux mettre, disons que j'ai un 38 minutes en tête. J'ai 2,5km face au vent, 2,5 vent dans le dos, 2,5 face au vent, et on finit vent dans le dos. Premier kilomètre en 3'15'', deuxième en 4'15'', "OK, les panneaux ont été placés au pifomètre". J'arrête de regarder ma montre et cours au feeling. Tout va bien, et surtout un coureur me rattrappe, on va pouvoir forcer à deux. Nous courrons côte à côte lorsque le vent est dans le dos, ça va très vite et c'est agréable, et lorsque nous nous retrouvons à nouveau vent de face, nous nous entendons à merveille, et alternons les relais tous les 250m. Dans la partie finale, je suis encore très bien, et je décide d'accélérer et lâche sans mal mon adversaire. Je donne tout dans le dernier kilomètre, j'ai l'impression d'aller très vite grâce au vent. Je double quelques coureurs, mais ne parviens pas à rattrapper un grand bonhomme qui finit à peine 9 dixièmes devant moi. Mais j'ai réussi à sortir le meilleur temps de ma catégorie, et le 7ème temps de course à pied de la course, 37'41'', je suis ravi, et ça m'a permis de me hisser tout juste dans le top 10, et premier de ma catégorie. Je suis ravi d'avoir rempli absolument tous les objectifs que je m'étais fixé, ça ne m'arrive que dans le triathlon et c'est pourquoi j'adore ce sport. J'ai à présent un temps de référence de 2h06', et c'est dommage que la saison soit terminée, car j'ai vraiment hâte d'essayer de l'améliorer, car vu le plaisir que j'ai eu aujourd'hui à courir, c'est sûr que j'intégrerai cette distance au calendrier.

16748-101-17397023TRIATHLON OLYMPIQUE ESPRIT DE MONTREAL - 1,5KM+40KM+10KM

2h06'28''

Nage : 24'39'' (1'38''/100m, 22ème temps)

Transition 1 + Véloroute +  Transition 2 : 1h04'10'' (23ème temps)

Course à pied : 37'41'' (15,929km/h, 3'46''/km, 7ème temps)

10ème sur 548 partants

1er homme 20/24 ans.

Les photos ici.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons Olympique
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram