Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 12:24

brvgl0gp    Me voilà donc à mon triathlon olympique le plus important de la saison, le championnat provincial de la distance, et donc la promesse d'un plateau relevé, bien mieux relevé que les précédents triathlons courts auxquels j'ai participé. Ceci dit, l'absence d'invitations pour les meilleurs, et l'absence de bourses, problèmes récurrents au Québec, plombent le développement des championnats provinciaux qui sont, je pense, d'un niveau bien en-dessous du réel niveau québecois. Il ya encore de la route à faire afin de développer l'élite au Québec, mais j'allais tout de même pouvoir me frotter à des coureurs de mon niveau, et même beaucoup plus forts.

   La natation s'est faite dans le lac Magog, inhabituellement remué par de belles vagues. Le départ a été extrêmement chaotique, à cause d'un départ de la plage où il a fallut courir quelques dizaines de mètres avec l'eau jusqu'aux genoux, exercice que je n'aime pas trop. Du coup, je me suis retrouvé avec des nageurs moins rapides devant moi, et je n'ai jamais reçu autant de coups pour me sortir de ce pack trop lent pour moi. J'ai du remettre mes lunettes, slalomer, puis finalement au bout de 200m j'ai pu prendre mon rythme. J'ai doucement ratrappé des nageurs, et suis sorti de l'eau avec à ma montre environ 22'30'', ce qui correspond à du 1'30''/100m, un excellent temps pour moi, surtout dans les vagues. Je passe sur le tapis électronique devant le parc à vélo en 23'14'', pour ma T1 habituellement longue, avant de commencer à faire le ménage en vélo. Car je n'ai sorti que le 21ème temps de nage, mais il y a 9 personnes à moins d'une minute devant moi, et 17 à moins de deux minutes.

   Sur le vélo, motivé par le nombre de dépassements que je faisais dès le début,86xyrr5k j'ai sorti le gros régime d'entrée. Le parcours très côteux me favorisait extrêmement, et je voulais en profiter au maximum. A aucun moment je je n'aurais pu gagner une seconde de plus, jusqu'à la transition ou je saute de mon vélo à pleine vitesse pour courir pied nu jusqu'à mon emplacement. A ce moment là, je suis sur la dernière marche du podium grâce au troisième temps de vélo.

   Je démarre la course à pied avec d'excellentes sensations. J'ai l'impression d'aller très vite, surtout que je ne vois personne derrière moi. Pourtant, je fais le premier tour de 5km en 20 minutes. Les bonnes sensations sont trompeuses, je ne suis pas si rapide que ça. Je m'attends à me faire rattraper bientôt. C'est ce qui arrive une première fois au kilomètre 7 et une autre au kilomètre 9. Ces deux fois-là, je me sens incapable de suivre le rythme de mes adversaires, et j'accepte très satisfait ma place de 5ème à l'arrivée. Je brise de justesse le 40min sur mon 10km, j'ai laissé des plumes sur le vélo, mais je suis très content d'avoir bien couru dans les trois disciplines. Je préfère finir 5ème avec une belle bagarre plutôt que de gagner avec 1'30'' d'avance comme la semaine passée. Surtout que je finis en avant de triathlètes qui font des ironmans en catégorie professionnelle, comme Jérôme Bresson, ou Julien Biboud qui a fait les championnats du monde de 70.3 chez les professionnels (à peine 14 secondes derrière moi aujourd'hui).

   Il me reste à présent le triathlon olympique de Valleyfield en guise de préparation pour ce qui va être je sens la course où j'aurai le plus de pression de ma vie, l'IronMan 70.3 Muskoka.

TRIMEMPHRE - 1,5KM+40KM+10KM

2h10'31''

Nage : 23'14'' (1'32''/100m, 21ème temps)

Transition 1 + vélo + transition 2 : 1h07'25'' (3ème temps)

Course : 39'55'' (15,031km/h, 3'59''/km, 13ème temps)

5èmesur 359 partants

4èmehomme 25/29 ans.

Partager cet article

Published by sacha-cavelier-endurance-run - dans Récits de triathlons Olympique
commenter cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram