Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 11:18

    Puisque dès janvier les inscriptions pour le grand circuit (46km) ont été complètes, je me suis inscrit sur ce circuit court, nouveau cette année, pour les 170 retardataires qui n'ont pas pu s'inscrire sur le long. Vers 12h moi et deux collègues (Jean Sébastien Sintes et son pote) quittons Robion pour cette ville de Bédoin au pied du Ventoux. L'air est tiède, le ciel est nuageux et les paysages, sublimes. Nous ne passerons pas au sommet, mais le profil est simple : une grosse montée et une grosse descente.

37340_1416114096144_1631353001_989316_3896009_n.jpgLe départ.

   Dès le départ, je me glisse dans le groupe de dix coureurs de tête, quitte à être dans le rouge d'entrée : j'ai déjà fait ça au trail blanc du Ventoux, ça marche assez bien. Première rivière, je glisse dans une flaque de boue, histoire de changer de couleur d'habit sans changer les habits. C'est bon pour la peau. Pour le souffle aussi, on dirait. A ma grande surprise plusieurs coureurs passent en marche rapide dès les premières difficultés. Certes la montée dure quatre kilomètres, mais je fait l'effort de courir, et me retrouve 4ème puis 3ème. Je creuse l'écart durant toute la montée sans pour autant rejoindre les hommes de tête. Mais je ne me fais pas d'illusion, on me rattrape toujours en descente.

35047_1416114456153_1631353001_989317_2807928_n.jpgLa descente. Je suis deuxième mais à ce moment là le troisième revient sur moi et le premier est loin.

    Mais cette descente, au kilomètre 6, est assez roulante et peu technique. Allez, ça vaut le coup de s'arracher. Mais à la fin de celle-ci, kilomètre 9, j'entends juste derrière le 4ème qui revient. Les trois kilomètres suivants devient une petite bagarre pour le podium, je commence a y croire car le trou avec le reste des coureurs est fait. Le vallonnement de fin de parcours me permet de grappiller mètre après mètre, et à un kilomètre de l'arrivée, j'en ai suffisamment -une centaine- pour finir. Cependant, j'aperçois sur cette portion de bitume un bonhomme un peu exténué 200m devant. Je force alors pour le rattraper, 16km/h au GPS, 17km/h. Mais, aïe, ça tire dans les cuisses. Je fini un peu dégoûté à 4 secondes derrière en 1h09', à une dizaine de mètres.
    A l'arrivée il m'avoue qu'il était un peu cramé, et que si la course avait duré 500m de plus, il n'aurait pas pu me suivre. Puis un grand bonhomme vient me parler en anglais. Il est sud africain, et a fini une minute devant nous. Il m'explique qu'il n'avait pas de certificat médical (apparemment, seule la France demande un certificat médical dans le monde pour les courses), et qu'il a fait la course en touriste, sans dossard, il n'est pas classé.

37426_1416115336175_1631353001_989318_485728_n.jpg
L'arrivée. Je suis à l'agonie. Le premier est une dizaine de mètres devant moi. Il m'avouera que si la course aurait duré quelques centaines de mètres de plus, il craquait.

   Putain, le runner que j'essayais de rattraper à la fin n'était autre que le vainqueur. 4 secondes. Merde, c'est râlant. Mais j'étais vraiment dans le rouge pour un sprint final. En attendant je suis sur un nuage à la vue de ce résultat surprise, quelques journalistes de La Provence viennent me demander mes impressions, et il y a même un type qui vient me filmer pour ventoux-tv.com, en attendant les collègues, 50ème et 90ème. Je repart avec une jolie coupe et une caisse de 6 bouteilles de vin du Ventoux. La classe. Les Rachid et Youssef de la foulée de 15km de Gadagne de demain n'ont qu'a bien se tenir...

TRAIL DU VENTOUX - 14KM - 590M+

1h09'21''

12,112km/h, 4'57''/km

2ème sur 130 arrivants

1er espoir.

Partager cet article

commentaires

SPONSORS

 

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram