Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 20:34

   J’avais gagné le triathlon de St Lambert en 2015, et fait 6ème en 2016 lors d’une journée avec les jambes un peu trop lourdes. Cette année j’étais bien décidé à reconquérir le titre. Faire le triathlon de St Lambert est un petit bonheur car c’est à seulement 6km de chez moi, le départ de la vague des plus compétitifs est assez tard (11h45) et on peut donc faire la grasse matinée, et je pars à vélo avec une paire de chaussures et des lunettes de piscine dans le sac à dos rien de plus.

   Nous sommes 400 athlètes au départ, et à raison de 4 athlètes par couloirs, 10 couloirs par vague, il faut donc 10 vagues pour faire partir tout le monde. Assez incroyable ce qu’on peut faire avec une petite piscine. Mais du coup, c’est dur de savoir qui sort de l’eau avant les autres, et donc son classement pendant la course. J’ai donc fourni un effort en mode contre-la-montre, pas mal à bloc tout le long.

   J’ai quand même eu un bon repère car Francis Sarrasin-Larochelle, un excellent nageur-rouleur, partait 10 secondes après moi dans mon couloir. Il m’a doublé lors du premier 100m que j’ai rentré en 1’22’’ (donc il est parti fort, c’est le moins qu’on puisse dire), et est sorti 40 secondes avant moi. Je suis sorti en 10’50’’ de l’eau – 11’28’’ le temps d’atteindre le tapis (à la seconde près mon temps de 2015 et 2016, une allure de 1’26’’/100m) et ai commencé le vélo en sur-régime pour faire la même tactique que Francis en version cycliste. Un tour de 3.5km à 370 watts plus tard (je suis pas passé loin du KOM sur strava), je me suis doucement calmé à un rythme de croisière. J’ai doublé Francis lors du 5ème tour de 6. J’ai réalisé que je faisais un bon vélo car je rattrape ce gars-là plutôt lors de la course à pied.

   Ma course à pied a été plus lente que les années passées, mais je n’avais personne en vue devant moi comme les années passées à aller chercher et donc peu de motivation à me faire mal. J’ai eu un peu peur tout de même que des gars rapides soient loin devant sans que je ne le sache, mais finalement j’ai gagné par 1min30 d’avance donc avec pas trop de suspense. Une victoire moins savoureuse qu'en 2015 lorsque j'avais dû faire une remontée à pied, mais on s'y fait !

TRIATHLON DE ST LAMBERT – 0,75KM+21KM+5,5KM

1h05’55’’

Nage : 11’28’’ (1’31’’/100m, 5ème temps)

T1+vélo+T2 : 33’57’’ (1er temps)

Course à pied : 20’31’’ (3'43’’/km, 16,084km/h, 2ème temps)

1er sur 362 finishers

1er homme 25-29 ans.

Partager cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 20:14

   Cette course est la suite de mon week-end mouvementé. Après le grand prix du samedi (compte-rendu ici) et un déménagement, je me suis aligné sur ce nouveau format inédit pour une coupe du Québec.

Sprint coupe du Québec sans sillonage (dimanche) : On reprenait l'idée de demi-finale/finale sur la course amateur du lendemain. La demi-finale était un sprint en contre-la-montre (0,75km/20km/5km) et les 7 premiers finissaient en finale A1, les 7 suivants en A2, puis B1, B2, etc... Seuls ceux de la finale A1 allaient s'octroyer les 7 premières places du classement final et les 5 bourses. Les finales se jouaient sur un super super sprint (0,18km/5km/1,25km).

   La demi-finale en contre-la-montre laissait très peu de place à l'estimation de son classement en temps réel. La stratégie de se garder des jambes était donc très risquée, car la fenêtre de 7 qualifiés en finale A1 n'était pas grosse. J'ai cependant eu la chance de partir en tout dernier, et après une nage et un vélo à bloc, j'ai vu que je n'avais pas beaucoup de retard sur les meilleurs partis un peu avant moi. J'ai donc pris la course à pied très tranquille, ce qui était plus que bienvenu vu les efforts de la veille. Je me suis classé au final 4ème, qualifié pour la finale A1, donc.

   En finale, la natation de 180m a été très tendue. Nous avons été 4 à nous neutraliser, à essayer de nous dépasser, nous donnant des coups. J'ai perdu mes lunettes au bout de 50m et nagé que d'un oeil le reste. Les temps de nage ont été très lents, et 2 ou 3 types devant ont eu le champ complètement libre pour prendre 30 secondes d'avance dès la fin de la nage. Grâce à un sprint dans le dernier droit de 50m, je passe 4ème en transition. Je réitère ma stratégie de mettre mes chaussures de courses sur le vélo. Je me retrouve alors dernier, mais au contact, et je ne suis pas affolé car je sais que cette stratégie va me faire combler mon retard en T2. Cependant, sous la précipitation et la tension, je m'embronche dans mon vélo, et m'entaille la jambe avec le pédalier. Lorsque je monte sur le vélo, je réalise que la chaine a déraillée, et je dois descendre pour la remettre en place. Evidemment, après tout ça, je suis dernier et très loin derrière. Je me dis que sur une course de moins de 20 minutes, tout est fini, mais je commence quand même le vélo à bloc. Et je suis surpris que sur 5 km j'arrive à remonter 4ème, mais avec pas mal de retard sur les 2ème et 3ème. En T2, j'ai juste à poser le vélo et partir courir, et je me retrouve un peu plus proche des 2ème et 3ème. Puis, pendant 1000m, je réalise le miracle de retrouver le contact du 2ème et 3ème. Miracle, car les jambes en étaient à 4 triathlons en 24h, et étaient loin d'être fraiches. A 250m de la ligne, j'était complètement résolu à ma 4ème place, en me disant que c'était pas si mal, et que de toute façon, j'étais à 100% et que j'irai pas plus vite. Mais j'ai quand même essayé d'accélérer, et trouvé un 110% que je n'avais jamais utilisé auparavant. En 50m, je me suis retrouvé 2ème en ayant du mal à y croire. Dans un sprint à trois final, je réussi à arracher la 3ème place de la course. La grimace sur la photo n'est pas encore assez représentative de l'intensité de l'effort. La vidéo (de 4:17 à 4:30, mais surtout à 4:25 !) en bas décris mieux la réalité !

 

GRAND DEFI DE VICTORIAVILLE

DEMI-FINALE - 0,75KM+20KM+5KM

1h05’31’’

Nage : 11’27’’ (1’31’’/100m, 6ème temps)

T1+vélo+T2 : 34’36’’ (3ème temps)

Course : 19’30’’ (3’54’’/km, 15,385km/h, 12ème temps)

4ème sur 61 finishers

3ème homme 20-29 ans.

 

FINALE A - 0,18KM+5KM+1,25KM

18’28’’

Nage : 3’11’’ (1’46’’/100m, 12ème temps)

T1+vélo+T2 : 11’05’’ (4ème temps)

Course : 4’14’’ (3’23’’/km, 17,717km/h, 4ème temps)

3ème sur 25 finishers

2ème homme 20-29 ans.

 

 

Partager cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 15:12

   Samedi dernier, je me suis rendu à Drummondville, mais pas pour faire du triathlon comme d'habitude. Parmi toutes les épreuves ce jour là, seul le duathlon faisait parti de la coupe du Québec et présentait des bourses. Autant être honnête, si je peux faire une course tout en remboursant la location de la voiture, l'inscription, le camping et le resto du midi, ça vaut la peine de pas nager exceptionnellement. Car en plus, le duathlon présentait un niveau plus relevé que les triathlons du même évènement, et ça promettait une belle bagarre.

   Sur la ligne de départ, j'ai tout de suite vu que je n'étais pas le plus rapide des coureurs. Alors, comme la séance de piste du mardi de la même semaine m'avait clairement montré que je suis dans une super forme de course à pied, j'ai décidé d'adopter une stratégie particulière : Je suis parti très vite (premier kilomètre en 3'10'') pour asphyxier le monde qui essayait de me suivre. Cela a très bien marché car sur le premier kilomètre, un gros groupe me collait, et au deuxième kilomètre, j'étais loin en tête, même en ayant ralenti. Par la suite, j'ai encore ralenti et deux coureurs m'ont passé. Je me suis retrouvé intercallé 20 secondes derrières ces deux là, mais 40 secondes devant mes principaux rivaux.

   Sur le vélo, j'ai été dans mon élément comme d'habitude. J'ai pris la tête au bout de 5km, et j'ai signé le meilleur temps du jour. Les watts n'étaient pas super bons cependant (même puissance moyenne que sur le 100km du camp Bart Coaching incluant la boucle du 70.3 Mt Tremblant il y a moins d'un mois), car c'était une semaine de 400km de vélo (dernière semaine de volume avant le 70.3 Mt Tremblant), et ça s'est ressenti dans la fraicheur musculaire.

   La partie finale de course à pied a été plus agréable, puisqu'avec une minute d'avance, je n'ai pas eu besoin de beaucoup réfléchir, et j'ai juste déroulé en attendant de franchir la ligne d'arrivée.

   Pour être honnête, je ne pensais pas gagner vu les spécialistes de duathlon au départ. C'est peut être un signe que la forme est vraiment bonne, et il n'en fallait pas moins pour me donner un petit boost de confiance pour la course à Tremblant 8 jours plus tard.

   En plus d'avoir inauguré notre première nuit de camping avec ma chérie et le Milton, la journée s'est terminée par le rituel de la ballade dans les passerelles dans la réserve mondiale de biosphère à Nicolet (sans oublier la baraque à frites du port !). C'est une promenade que je recommande vivement surtout lorsque les tortues font bronzettes comme c'était le cas ce samedi.

DUATHLON DE DRUMMONDVILLE - 5KM+20KM+2,5KM

57'19''

Course à pied 1 : 16'57'' (3'23''/km, 17,699km/h, 3ème temps)

T1 + Vélo + T2 : 31'14'' (1er temps)

Course à pied 2 : 9'10'' (3'40''/km, 16,364km/h, 8ème temps)

1er sur 78 partants

1er homme 20/29 ans.

Partager cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 08:51

   Sur mes deux premières participations au duathlon de Sorel, j'ai été touché par la poisse avec une crevaison en 2015 et une blessure au genou en 2016. Pour 2017, tout s'est bien déroulé cette fois-ci, mais je regrette que le niveau ait été un peu moins relevé que les éditions précédentes.

   En ce qui concerne le contexte de la course, elle s'est déroulée le lendemain de mon arrivée de France, mais avec le décalage horaire dans le bon sens. J'avais cependant une grosse semaine dans les jambes (encore plus de 400km de vélo), la troisième de suite, la semaine de repos se situant immédiatement après le duathlon de Sorel.

   La première course à pied a été surprenante puisque j'ai couru vite avec d'excellentes sensations. J'ai l'impression de me répéter ces derniers temps, mais ça faisait plus d'un an que je n'avais pas eu l'occasion de le dire, alors j'en profite. Cela fait un mois que dure ma pause d'entrainement par intervalles, et je vais amorcer un retour progressif avec une séance d'intervalle une fois par semaine. Bref, je suis rentré en 2ème position en transition, avec pour plan de tout donner sur les trois boucles de 11km de vélo.

   En vélo, j'ai été un peu déçu de ma puissance moyenne. Je voulais vraiment être bien au-dessus de 300 watts, mais une longue portion de route abîmée faisait qu'on ne pouvait pas pousser plus que ça sans s'envoyer dans le décors. Au final, je rentre premier en transition, et je gère mon avance pour finir avec 15 secondes d'avance sur le suivant.

   La saison de triathlon débutera le 4 juin au triathlon de Sherbrooke, sur un parcours très dur mais qui m'a en général plutôt bien réussi par le passé.

DUATHLON DE SOREL-TRACY 5KM+33KM+2,5KM

1h'18'01''

Course à pied 1 : 17'28'' (17,176km/h, 3'29''/km, 2ème temps)

Transition 1 + Vélo : 49'29'' (1er temps)

Transition 2 + Course à pied 2 : 11'05'' (3ème temps)

1er sur 61 partants

1er homme 25/29 ans.

Partager cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 16:09

   Le triathlon de la côte bleue voit souvent débarquer à son départ le gratin du triathlon, comme le champion du monde longue distance Bertrand Billard ou l'olympien Pierre Le Corre. Surement que les élites de l'équipe de France font un stage dans le sud de la France à cette période de l'année. Cette fois-ci, pas de gros noms chez les hommes, mais Audrey Merle, la récente olympienne des JOs de Rio, était présente chez les filles. Pour ce deuxième triathlon de l'année, il a fallu encore composer avec une eau froide (14°C). Mais en rentrant bien à l'avance dans l'eau, j'ai pu trouver mon rythme dès le départ. Cela a fait un nette différence avec le triathlon de la semaine passée puisque je sors de l'eau 13ème (vague des hommes) au lieu de 43ème.

   Sur le vélo, les premier 9km était en montée avec du vent de face très violent. J'ai été un peu en surrégime en étant proche des 400 watts de moyenne et je suis remonté 7ème avec 4 personnes en ligne de mire devant moi. Seulement, une fois dans la moitié descendante vent de dos, les rafales étaient si fortes que je n'ai pas pu me mettre en position aéro (je me cramponnais tellement fort à mon guidon que j'en avais des crampes aux mains). J'ai du me résoudre à stopper ma remontée et à assurer la 7ème place.

      En course à pied, le parcours n'était pas à mon avantage avec les 2 premiers kilomètres en sentiers de trail et avec une montée très sèche. Là encore, j'ai essayé de sauver les meubles. Sur les derniers kilomètres de plat, je ne parviens pas à me défaire d'un athlète qui me bat au sprint. Mais je suis très satisfait de cette 8ème place (10ème en fait puisque deux athlètes de l'équipe de France féminine de la vague suivante terminent devant moi), puisque c'est une belle progression depuis la semaine passée, et qu'elle survient après une semaine de plus de 30 heures de volume, 570km de vélo, dont 140km effectués la veille de la course.

TRIATHLON DE LA COTE BLEUE - 0,75KM+18KM+5KM

1h05'14''

Nage : 12'48'' (1'42''/100m, 15ème temps)

Vélo : 30'57'' (34,895km/h, 13ème temps)

Course : 18'44'' (16,014km/h, 3'44''/km, 24ème temps)

10ème sur 470 partants

4ème sénior 2.

Partager cet article

  • : Sacha Cavelier Triathlète
  • : Après une formation d'ingénieur en France, je combine le triathlon élite LD à un doctorat de 2015 à 2020 au Canada et Australie. Installé en Ohio, papa, je poursuis la route sur les ultra trails et triathlons en espérant être encore compétitif.
  • Contact

SPONSORS

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram