Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 21:46

   Dernier weekend seul avant le retour des filles, pas question que je reste à la maison. Après avoir bien cherché, j'ai déniché ce half dans les montagnes de Caroline du Nord, à 6 heures de route. 6 jours après mon olympique et après une belle semaine d'entrainement (dont un 6 heures de gravel bike (ça fait beaucoup de 6)), j'ai traversé la Virginie occidentale, la Virginie tout court, et le Tennessee pour me retrouver dans le côté sud des Smoky Mountains. J'ai passé la nuit dans l'auto, comme au bon vieux temps (pourquoi louer une chambre pour 5h de sommeil ?).

   Le lac était à 950m d'altitude, ce qui m'a surpris. Le matin était frais, et le wetsuit, légal. Pas la peine de dire à quel point le paysage autours se révélait sublime au fur et à mesure que le soleil se levait. J'ai effectué une nage dans mes standards actuels (32 minutes, donc 5 à 6 minutes de plus qu'il y a quelques années, mais c'est le niveau auquel je m'attends avec 2 nages / semaine). Les 100 derniers mètres sortaient du lac pour remonter une rivière avec 10 degrés de moins, vers la zone de transition, ce qui a paru plus long que les 1800 précédents.

   En vélo, le parcours était généreux en dénivelé et en virages dans les petites villes. La sécurité était impeccable et on en avait beaucoup plus pour son argent que sur un évènement Ironman. Cette fois-ci, je suis parti prudemment à 270 Watts, et j'ai tenu tout le long, avec pas mal de fierté compte tenu de ma lamentable prestation deux semaines auparavant.

   Pour finir, le parcours de course consistait en un long faux plat montant en aller-retour et à faire deux fois. Là encore les jambes ont merveilleusement bien répondu, et je suis resté dans le top 15 sans ralentir. Cela m'a en quelque sorte rassuré de ma capacité à bien finir cette distance cette année.

   J'aurais aimé poursuivre ma petite montée en puissance pour le reste de la saison, mais les halfs de l'automne ayant été annulés, encore, il faudra se contenter de distances olympiques et de trails. En attendant, la sortie de récup le lendemain a été, elle aussi, somptueuse.

 

LAKE LOGAN HALF - 1,9KM+90KM+21,1KM

5h01'00''

Nage : 32'22'' (1'42''/100m, 17ème temps)

Transition 1 : 2'22''

Vélo : 2h46'07'' (32,51km/h, 16ème temps)

Transition 2 : 1'38''

Course : 1h38'30" (12,85km/h, 4'40''/km, 19ème temps)

14ème sur 188 finishers

1er men 30-34.

Partager cet article
26 août 2021 4 26 /08 /août /2021 21:54

   Mon dernier 70.3 remontait à Mont Tremblant en 2019 avec un très satisfaisant 4h22', qui était mon dernier 70.3 chez les pros. La fin des études, premiers contrats de travail, une pandémie et un bébé ont fait en sorte que deux ans plus tard je me suis aligné sur ma première course GA depuis longtemps.

   Cette course n'a vraiment rien d'exceptionel et ne vaut pas le montant de l'inscription (ce qui est le contraire de la course que je ferais deux semaines plus tard). Mais c'est la seule course Ironman en ohio et surtout le seul 70.3 qui ne sera pas annulé de l'été par chance du calendrier. Donc le monde était là.

   J'ai sorti une nage sans wetsuit correcte compte tenu des pauses forcées à répétition depuis un an. Le vélo a été excellent sur la première moitié, autours de 300 Watts, mais j'ai cassé progressivement. Un peu trop gourmant, mais ravi de voir des watts aussi élevé aussi longtemps avec deux fois moins de mileage dans les jambes. Cela a malheureusement impacté ma course à pied qui a été ma pire à vie sur un 70.3, pas aidé par la chaleur non plus.

Au final je fais mon pire temps sur la distance, mais paradoxalement, le bonheur d'enfin faire un triathlon l'a emporté sur la déception. Les sensations physiques post-70.3 étaient juste savoureuses à retrouver. Cela a consitutué un excellent entrainement pour la suite de l'été.

IRONMAN 70.3 OHIO - 1,9KM+90KM+21,1KM

5h09'17''

Nage : 32'29'' (1'42''/100m)

Transition 1 : 3'00''

Vélo : 2h23'37'' (37,60km/h)

Transition 2 : 4'16''

Course : 2h05'56" (10,05km/h, 5'58''/km)

202ème sur 1871 finishers

34ème men 30-34.

Partager cet article
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 23:22

   Après être rentré de l'Australie, j'ai pris une pause de compétition d'un mois pour refaire les niveaux d'énergie, ainsi que quelques weekends d'entrainement à travers le Québec. J'ai réalisé que ma forme de vélo avait augmenté suite à la digestion et récupération des milliers de kilomètres fait en Australie.

   Pour ma 6ème participation au 70.3 de Tremblant, les athlètes ont du composer avec des vagues plus grosses que d'habitude, ce qui est ma bête noire, car je ne trouve pas la clé pour bien nager dans les vagues. Sans miracle, je suis sorti de l'eau en 28 minutes et des poussières.

   En vélo, j'ai pu constater la bonne forme, puisque j'ai fait une moyenne de 293 Watts (NP), ce qui est ma plus grosse depuis deux ans. Les conditions étaient venteuses, et ça m'a donné un 2h23, bien enduit de frustration à cause du drafting omniprésent dans la course y compris chez certains pros, qui se targuaient d'ailleurs à l'arrivée d'avoir amélioré leur temps de 5 minutes sur l'an passé, au moment où tout le monde partageait que les conditions avaient ralenti la course. Le manque d'intégrité comme d'arbitrage est flagrant, ce n'est pas nouveau sur une course ironman, mais on dirait que cela me dérange davantage quand ce sont des athlètes que je connais de près ou de loin que lorsque ce sont des inconnus. Cela me pousse à remettre en question de futures participations à cette course.

   Mais, très satisfait de mon vélo sur le coup, je savais que la course à pied allait être un peu dure, car c'est un aspect que j'ai eu plus de mal à travailler en Australie, surtout avec ma blessure chronique au talon qui est ressurgie depuis mon retour au Québec. Je m'en sors tout de même avec 1h26, mon 3ème meilleurs temps là-bas (après 1h21 et 1h24) et un 4h22, ce qui en fait une course encourageante.

IRONMAN 70.3 MT TREMBLANT - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h22'35''

Nage : 28'39'' (1'30''/100m)

Transition 1 : 2'53''

Vélo : 2h23'39'' (37,59km/h)

Transition 2 : 55''

Course : 1h26'29" (14,64km/h, 4'05''/km)

41ème sur 3229 finishers

18ème pro.

Partager cet article
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 23:21

TRIMEMPHRE - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h28'45''

Nage : 30'59'' (1'37''/100m, 20ème temps)

Transition 1 : 1'47''

Vélo : 2h22'39'' (37,85km/h, 1er temps)

Transition 2 : 37''

Course : 1h32'46'' (13,65km/h, 4'23''/km, 15ème temps)

3ème sur 222 partants

2ème homme 30/34 ans.

Partager cet article
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 09:37

   Pour ce 70.3, j'ai décidé de me présenter avec très peu voire aucune préparation spécifique (le but étant de se créer une forme pour la distance ironman) et très peu de repos (là encore la priorité étant l'ironman de Nouvelle-Zélande qui à l'origine était prévu -avant les imprévus- deux semaines plus tard). La distance 70.3 est devenu presque une routine au fil du temps à tel point que je me demande encore si cela change grand chose de prendre 3 ou 10 jours de repos avant la course.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sacha Cavelier (@sachacaveliertri) le

   Les semaines avant la course, nous avons résidé à Torquay, à 20km plus au sud que Geelong, dans un décors très accidenté, où je me suis définitivement affuté pour la grimpe, et où j'ai fait de très bons entrainements. J'ai maintenu un niveau correct en natation, seule la course à pied me procurait des sensations en dents de scie, c'est toujours le sport qui prend le plus de temps pour moi à mettre à niveau.

   Ce 70.3 présentait un parcours relativement facile comparé à ce que j'ai pu faire ailleurs : une nage en mer avec wetsuit, un parcours vélo avec un peu de vent et seulement 500m de dénivelé, et une course à pied assez plate hormis deux très grosses côtes.

   Durant la natation, j'ai été impressioné du niveau élevé et homogène de la course : personne à la traîne pour nager avec moi. En me déchaînant seul en arrière, je nage sous les 26 minutes, un temps que j'ai fait très rarement. C'était mon premier 70.3 avec le wetsuit Agilis de Huub, et j'ai pu ainsi confirmer la bonne glisse de ce wetsuit que j'avais remarquée sur un olympique l'année passée.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sacha Cavelier (@sachacaveliertri) le

   J'ai eu un sentiment mitigé sur le vélo, où je réalise un premier tour à 275W qui est bien dans la fourchette que j'avais en tête, mais un deuxième à 255W, qui est presque de l'allure ironman. Je pensais vraiment avoir de meilleures jambes que ça, mais je peux me rassurer en mettant cela sur le compte du travail d'endurance de ces dernières semaines qui ne me prédisposait pas à un effort 70.3. Je pose donc le vélo en 2h26 sur un parcours qui aurait mérité 2h15 compte tenu des conditions assez idéales.

   Sur la course à pied, je me suis senti dans une belle journée à courir à 4:00/km jusqu'à la grosse côte qui marquait la fin de la première boucle. Certains passages étaient si raides qu'en plus de scier les jambes en montant, ils faisaient aussi ralentir le pace en les descendant. Je n'ai pas vraiment réussi à retrouver le pace initial par la suite, et fait les 13 derniers kilomètres en mode survie, une stratégie qui me va si bien. En reprenant la côte une deuxième fois, j'avais hâte de terminer. La facture fut un peu salée avec cette course finalement terminé en 1h32, puisque 4h28, je classe cela dans mes temps ordinaires, mais 8 minutes de moins comme je visais m'aurait donné un sub 4h20 et un boost de motivation pour la suite.

Par la suite, je n'ai pas pu tester ma forme sur ironman deux semaines plus tard pour cause de perte de passeport qui m'a vallu de rester bloqué en Australie pour deux semaines de plus. Je prends encore du Spasfon matin, midi et soir pour digérer l'épisode. Autant dire que j'ai le couteau entre les dents et Javier Gomez a intérêt de boire du jus de betterave le 5 mai pour l'ironman Port Macquarie. Trêve de plaisanterie, c'est assez dur de ne pas pouvoir valider deux mois d'entrainement et de garder sa motivation, aussi je regarde quelques triathlons à faire en Nouvelle-Zélande et dans le Queensland au fil du voyage.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sacha Cavelier (@sachacaveliertri) le

IRONMAN 70.3 GEELONG - 1,9KM+90KM+21,1KM

4h28'52''

Nage : 25'57'' (1'21''/100m)

Transition 1 : 2'59''

Vélo : 2h26'14'' (36,927km/h)

Transition 2 : 1'34''

Course : 1h32'08" (13,741km/h, 4'21''/km)

51ème sur 1125 finishers

13ème pro.

Partager cet article

  • : Sacha Cavelier Triathlète
  • : Après une formation d'ingénieur en France, je combine le triathlon élite LD à un doctorat de 2015 à 2020 au Canada et Australie. Installé en Ohio, papa, je poursuis la route sur les ultra trails et triathlons en espérant être encore compétitif.
  • Contact

SPONSORS

 

 

 

 

*******************************************************

Suivez-moi sur Strava

Sacha Cavelier


 

Instagram